B&B "A tire d'Ailes"

 

Historique

La ferme « A tire d’Ailes » a été construite en 1796 à la fin du XVIII siècle en plein milieu des guerres napoléoniennes dans la campagne environnant Fleurus, à 15 km de Charleroi et à 30 km de Waterloo, tout au début de la province de Hainaut mais à 5 km du Brabant wallon.
Diverses générations de fermiers y pratiquèrent de l’élevage et de la culture maraîchère qui y furent développés de 1796 à 1920, soit durant 124 ans.
Bien des familles habitèrent cette grande maison pour la faire vivre et transmettre un patrimoine
.
En 1920 elle devient une grande propriété d’habitation : les champs furent démembrés et revendus aux fermiers des environs.
Depuis lors, elle fut plusieurs fois rénovée.

Une nouvelle page d’histoire dès 2019 :
le projet de lieu de stages de bien être et de développement personnel
 " A tire d’Ailes »

La vieille dame de 222 ans qu’est cette étonnante bâtisse est achetée en octobre 2016 par Guy DE ROY et son future épouse Dominique KRISCHEL
Ce « jeune vieux couple » de quasi 60 ans cherchait une demeure de caractère dans une jolie verdure très naturelle pour s’offrir une nouvelle étape de vie.
Après un an de recherches dans toute la Belgique francophone, ils eurent d’emblée un coup de foudre pour cette belle demeure assez bien conservée et aussi pour son extraordinaire jardin arboré de 40 ares (hors bâtiments)
.
Elle est aussi située non loin d’un centre névralgique et facile de communication, l'aéropole de l'aéroport de Charleroi nommé pompeusement Brussels South Airport"!) tout en restant en zone rurale. 
Ils s’y marièrent d’ailleurs en août 2017
.


La ferme « A tire d’Ailes » est leur coup de coeur ET leur projet de vie de seniors dynamiques et engagés.

La partie ancienne existe toujours et est devenue professionnelle pour les 5 chambres communes pour les stagiaires, la grande salle multiforme (séminaire, conférences, psychothérapie, yoga, mindfullness...), la salle à manger des hôtes, la réserve alimentaire et les caves voûtées tandis que l’ancienne grange a été transformée en habitation privée.
Ces rénovations furent effectuées tout en gardant un maximum de matériaux d’époque en y alliant le confort moderne.

Pourtant on n’y entend quasi pas les avions (même dans le jardin!) parce qu’elle est située en contrebas du village d’Heppignies qui la protège naturellement du bruit et parce qu’elle est parallèle aux pistes d’envol, puisque les pilotes coupent leur moteur à l’atterrissage et que les avions s’envolent dans la direction opposée vers Jumet
.